A-typicité du thé français


Cela fait quelques temps que je vous promets un retour sur la dégustation du premier thé 100% français que j'ai pu avoir entre les mains... comme il n'est jamais trop tard, je vous livre donc mes conclusions aujourd'hui!

J'y ajoute également quelques lignes sur une curiosité qui est venue se greffer depuis: le Thé du Caviste, un pu erh passé en barrique de cognac. Une bien belle, et étonnante, dégustation!

Deux thés signés Émile Auté, dont je vous avais présenté le travail lors d'un post le 29 octobre 2020. Je vous invite à lire (ou relire) cet article pour être complet sur le fond, car je ne vais m'attacher ici qu'à des considérations purement gustatives.

En avant les papilles!


Le voici ce fameux thé français, produit du terroir breton!

Ces feuilles sont le fruit de deux savoir-faire: celui du théiculteur Michel Thevot, installé au Moulin de Kérouzéré en Bretagne (Sibiril, Finistère), et celui de Émile Auté qui a quant à lui eu la délicate tâche de transformer les feuilles en produit fini, à savoir un thé blanc.

Michel Thevot procède à cinq récoltes annuelles. Celle-ci est issue de la dernière (ou avant-dernière?) de 2020. Initialement ce sont 20kg de feuilles fraîches qui ont été cueillies, pour donner après coup uniquement 3kg de thé fini... autant vous dire que c'est une grande faveur qu’Émile Auté m'a faite en m'en offrant quelques grammes! Qu'il en soit une fois de plus grandement remercié.

Ce Thé Breton a donc été travaillé en thé blanc. Une couleur demandant un équipement minimal et peu de manipulations, mais une maîtrise maximale du temps, des gestes, de l'hygrométrie, etc. Je vous laisse à ce propos consulter l'excellente page de Benjamin Sieuw (curiousitea.fr/produit/jeune-bretagne/): ayant participé à cette aventure, il vous conte à merveille tous les détails de cette genèse.

Retournons dans la tasse pour voir ce qu'on y trouve... Au départ de grandes feuilles à peine vrillées, et de nombreux bourgeons, le tout teinté de brun. J'en ai fait la dégustation en set à déguster pour avoir le meilleur aperçu possible, mais l'idéal pour en extraire toute la quintessence est de le préparer en gong fu cha. Les feuilles ont baigné 4 minutes dans une eau à 80°. L'infusion révèle un nez complexe et très surprenant: des notes boisées et sous-bois plus en retrait, mais surtout un pôle très cacao et d'étonnants pics iodés. Cela dit, la mer n'est qu'à quelques encablures du jardin de thé...

La liqueur, orange pâle, offre une grande douceur et une agréable sucrosité. Si elle est épaisse en bouche, sa rondeur est cependant plus modérée. La palette aromatique est large, dominée d'emblée par du sous-bois (champignon de Paris), une grande minéralité, toujours le pôle boisé et chocolat au lait. Les nuances iodées reviennent par vagues, sans mauvais jeu de mot! C'est un thé frais, long en bouche, très agréable et vraiment étonnant. Une dégustation qui révèle un terroir unique, prometteur! Très très beau travail.

Pour la seconde dégustation, il s'agit également d'une exception, un thé signature d’Émile Auté: le Thé du Caviste, ou "Oak Tea" (nb: il est noté "Howk Tea" sur le paquet: petit glissement phonétique malencontreux?). Une idée fabuleuse qui, étrangement pour notre pays producteur de vins et spiritueux, n'a jamais été mise en œuvre auparavant! Et ça marche très bien!

Préparé lui aussi au set à déguster, avec 3 minutes seulement d'infusion dans une eau à 90°. Il s'agit d'un pu erh shu, donc d'un thé sombre chinois (Yunnan) de 2019, qui a été stocké quelques temps dans une barrique (vide bien sûr!) de cognac bio, de la Maison Méry Melrose.

Les petites feuilles brunes, au sortir de leur emballage, sentent de façon très évidente le cognac: un nez alcoolisé inhabituel mais pas seulement car le profil sous-bois du thé est bien présent.

La liqueur est rouge, très belle, laissant une pointe d'acidité sur la langue. L'harmonie est parfaite dans un univers boisé oscillant entre la barrique de chêne et les odeurs particulières du thé fermenté. Les notes aromatiques sont chaudes, réglissées, tourbées. Des impressions de pruneau, de cèpe terreux mais aussi de fruits (l'empreinte du cognac) ravissent le palais.

Un thé atypique mais qui ouvre le champ des possibles! A tester à tout prix et disponible sur www.emileaute.com/boutique-ephemere/the-artiste-saison/


Voilà une délicieuse dégustation qui s'achève laissant une myriade de notes aromatiques en bouche. L'avenir s'annonce gourmet pour le thé français!

Je vous dis à dans quelques semaines pour un nouveau voyage gustatif, cette fois dans une contrée inabordée dans le Blog jusqu'à présent... à bientôt!


Crédits photos : letelegramme.fr, emileaute.com, cognacmery.com



12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Instagram - Gris Cercle
  • Facebook - Gris Cercle
N° SIRET: 884 250 275 00010

© 2019 par Tsuru Tea Sommelier. Créé avec Wix.com