Quels écolabels pour le thé?


A l'heure où l'agriculture biologique croît en Europe, qu'en est-il dans les pays producteurs de thé? Peut-on vraiment se fier aux labels en provenance d'Asie?

Je vous propose aujourd'hui un rapide guidage sur les principaux labels écoresponsables que vous pouvez être amenés à rencontrer lors de vos achats de thé. Ceux-ci garantissent divers produits naturels transformés, le thé n'a pas spécifiquement le sien.

Dans les pays asiatiques producteurs de thé, principalement des pays émergents, la notion d'agriculture biologique n'a pas le même écho qu'en Europe.

Certains petits producteurs, fermiers des montagnes du nord du Vietnam par exemple, ont conservé une agriculture traditionnelle qui peut être considérée bio de fait. Ne pas utiliser d'intrants chimiques, fertiliser les sols grâce au compost, respecter la biodiversité: toutes ces pratiques font partie du cahier des charges de la certification bio, mais ces petits agriculteurs ne peuvent bien souvent pas y accéder car trop onéreuse. Ils restent donc en dehors du circuit car le label tout puissant les exclut. Je pense que dans ce cas il est tout à fait raisonnable de faire confiance à la personne, ou à la maison de thé, qui travaille au plus près de ces petits agriculteurs, qui source leur production et est à même de valider leurs saines pratiques agricoles. Et les trésors en feuilles vertes se cachent bien souvent ici!

Pour les producteurs qui peuvent se permettre cet investissement financier, le label offre une une garantie officielle aux acheteurs occidentaux. C'est d'ailleurs bien souvent sous l'impulsion des marchés européens ou américains que des planteurs ont pris conscience de ce modèle économique, avant de l'accepter comme modèle agricole pérenne. En Chine ou en Inde, la demande de la clientèle en aliments biologiques est extrêmement faible car leur niveau de vie n'est pas en adéquation avec les prix pratiqués. Il existe cependant une agriculture biologique en Asie et une multitude de labels qui ne se valent pas... faisons un peu le tri!

Les labels officiels sont pour la plupart issus de dispositifs gouvernementaux (sauf le très sérieux IMO suisse). Les contrôles et les certifications sont assurés par des organismes indépendants.

Pour nous Européens, un thé porteur d'un label bio chinois ou indien sera rarement étiqueté avec son label national propre, mais il portera obligatoirement le label européen, dit "Eurofeuille", et facultativement le label français AB dans notre pays.

Les différents labels que nous allons rencontrer se retrouvent sur ce socle commun:

- le refus d'intrants chimiques de synthèse et d'OGM

- la préservation des sols et de leur fertilité

- la protection de la biodiversité

Notre logo national AB, créé en 1985 et relevant du Ministère de l'Agriculture, peut être aujourd'hui facultatif sur les produits transformés certifiés mais le label européen est obligatoire depuis 2010. Ils répondent tous les deux aux mêmes conditions, comme l'utilisation de semences issues de l'agriculture bio, le maintien de la fertilité des sols avec des techniques comme les rotations pluriannuelles ou le compostage des matières organiques.

L'équivalent au Japon est le JAS, Japanese Agricultural Standards.

Celui-ci offre les mêmes garanties sur la protection de l'environnement (fertilité des sols, biodiversité, respect des cycles naturels et du bien-être animal, etc).

USDA, United States Department of Agriculture, certifie également des thés asiatiques.


Parmi les surfaces agricoles mondiales cultivées en bio, l'Asie n'en représente que 9%. Cependant la Chine est un des pays précurseurs du continent et totalise la plus grande part des surfaces consacrées au bio. Les thés labellisés en Chine arrivent de plus en plus sur nos étals et Ecocert se charge de les certifier.

La filière bio s'est développée dans ce pays depuis une quinzaine d'années mais le label bio local ("Youji Shipin", ci-contre) est né en 2008, sur les mêmes critères que la règlementation européenne. De nombreux labels chinois existent mais montrent de grandes disparités à cause d'une multitude d'organismes de certification, certains parlant de bio pour ce qui n'est en fait que raisonné, au mieux...

Le label Youji Shipin bénéficie d'un très bon cadre juridique car conçu pour le marché extérieur. Il se tient à des normes extrêmement rigoureuses et équivalentes aux standards bio internationaux (pas de pesticides, pas d'engrais chimiques, pas d'OGM). En Chine, les jeunes actifs de la classe supérieure sont parmi les rares à pouvoir s'offrir les produits labellisés, 50 à 200% plus chers que les produits ordinaires... En 2013, moins de 1% de la production agricole chinoise était en bio labellisé: la marge d'évolution est encore large!

En Inde, la situation est encore moins réjouissante. Bien que le pays comptabilise un quart des fermes bio mondiales (surtout pour le coton, le riz, le soja et le thé), les autorités manquent cruellement d'intérêt pour ce secteur. Nombre de fermiers cultivent encore de façon traditionnelle car ils sont trop pauvres pour accéder aux pesticides et engrais chimiques. Mais ils subissent cependant une forte pression de l'industrie et des services publics pour passer à l'agriculture chimique qui leur offrira, leur assure-t-on, plus de revenus au final car plus de rendement.

Il existe cependant un modèle indien à suivre, celui du Sikkim, petit état de la zone himalayenne (moins d'un million d'habitant) qui a imposé une conscience" bio" à sa population depuis 2003. Symbole de la transition agricole de toutes ses terres au bio, le Sikkim a ainsi voulu protéger sa biodiversité, la qualité de l'eau et la fertilité des sols. Depuis 2016, l'utilisation d'intrants chimiques est une infraction pénale. Voici un lien vers une courte vidéo vous présentant ce cas d'école : https://www.youtube.com/watch?v=hAd7EPiL3f0

Le Ministère indien du Commerce et de l'Industrie a néanmoins lancé en 2000 le NPOP, National Program for Organic Production.

Dans le monde du thé, nombre de jardins de Darjeeling produisent exclusivement en bio (Makaibari, pionnier de l'agriculture biodynamique depuis 1984, mais aussi Tumsong, Ambootia, Risheehat, Puttabong, Singbulli, Chamong, etc). Les thés issus du bio sont surtout destinés aux Occidentaux et à une clientèle locale aisée.

Tout le monde connaît cette célèbre grenouille verte! Le label Rainforest Alliance certifie également des thés répondant aux normes d'une agriculture durable, englobant trois piliers: social, économique et environnemental. Ce label insiste sur la conservation de la biodiversité et des ressources naturelles, sur l'amélioration des moyens de subsistance et sur le bien-être humain, sur une planification et une gestion agricoles efficaces.


Terminons ce tour d'horizon par un petit saut en Thaïlande.

Il est possible de trouver en France des thés portant le label ci-dessus, du programme thaïlandais Fondation Projet Royal. Cette organisation à but non lucratif a été fondée par le roi Bhumibol Adulyadej en 1969, à Nong Noi (nord du pays, proche de Chiang Mai). Mis en place avec l'aide des Américains, le projet était à l'origine motivé par des objectifs majeurs:

- avant tout : aider les tributs du nord du pays à atteindre une vie meilleure en proposant une alternative à la production de pavot et d'opium.

- préserver les ressources naturelles et les sols.

Les thés produits dans ce secteur (et ils sont nombreux!) bénéficiant de ce label, vous garantissent donc une démarche éthique, écologique et sociale, dans leur production.


Le thé est une boisson naturelle mais malheureusement souvent défigurée par de mauvaises pratiques agricoles. La théiculture peut être gourmande en engrais ou pesticides chimiques, et ravager des terres arables, de la Chine au Kenya.

Il est donc primordial pour notre santé, pour celle de la nature et celle des gens qui travaillent ce produit, de s'attacher à une production propre. Le label est une ceinture de sécurité mais il ne faut pas cependant en être l'ayatollah et ne jurer que par lui. Soyons exigeants quant à notre fournisseur et faisons confiance au savoir-faire de ceux qui travaillent de façon traditionnelle.

(Sources: ambafrance.org / Business Monitor International / asialyst.com).





  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - White Circle
N° SIRET: 884 250 275 00010

© 2019 par Tsuru Tea Sommelier. Créé avec Wix.com