L'excellence du oolong de Taïwan: notes de dégustation

Voici comme promis le rapport détaillé de la dégustation que nous avons eu la chance de faire avec Denis Junqua des Jardins d'Aphrodite (wwww.jardins-aphrodite.com). Une sélection de oolong roulés en perles, légèrement et moyennement oxydés, ainsi qu'un étonnant Oriental Beauty et un très beau thé noir comme Taïwan sait aussi en proposer. Les thés nous ont été aimablement offerts par un intermédiaire taïwanais.



Oolong roulés en perles, peu oxydés : récolte du printemps 2018

Commençons avec un Si Ji Chun et un Cui Yu (« vert jade ») de Nantou (300-400m d'altitude). Deux thés portant le nom de leur cultivar (Cui Yu étant moins populaire que Si Ji Chun) mais des profils aromatiques presque similaires : beaucoup de douceur, floral, lacté léger et végétal frais. Des thés simples, du quotidien, qui manquent cependant d'épaisseur et de longueur en boucheur.

Poursuivons par une famille célèbre et hautement qualitative, celle des Gao Shan Cha (« thé de haute montagne ») : des oolong produits à plus de 1000m d'altitude et manufacturés à partir de Qin Xin (théier traditionnel pour ce genre de thés) mais aussi de Jin Xuan.


Ali Shan : Chia Yi (1300-1450m), plantation Zhangshuhu, théier Jin Xuan.

Un des meilleurs dégustés dans cette catégorie ! La feuille sèche est déjà très opulente (lait concentré sucré, coco) et la liqueur offre les mêmes notes vanillées, pâtissières, auxquelles s'ajoutent des arômes de fleurs opulentes, de végétal frais. Il manque cependant l'onctuosité que l'on s'attend à y trouver d’ordinaire.

↳ Shan Lin Xi : Nantou (1000-1650m). Cultivar Qin Xin.

Cultivar différent de celui du Ali Shan dégusté précédemment mais un profil quasi similaire: toujours cette note prégnante de pâte à gâteau, de beurre fondu, de lait d'amande et de coco, accompagnée de touches de végétal frais et de fleurs opulentes, mais là beaucoup plus de gourmandise et d'onctuosité. Divin ! ↳ Li Shan : Taichung (2000-2200m). Cultivar Qin Xin.

On reste sur un profil gourmand avec des notes de flan caramélisé mais le profil tire plus vers un fond très végétal (asperge) et floral poivré (narcisse, lys blanc).

↳ Dayuling : Taichung (2500-2600m).

Un thé produit dans des quantités très faibles. Un profil rappelant le Wen Shan Bao Zhong : asperge et artichaut, fond lacté, subtilité du narcisse et du gardénia.

↳ Fushoushan : même contexte géographique que le précédent, même arôme végétal frais, poivré, floral et lacté, mais plus d'intensité et de longueur en bouche.

↳ Tien Chi : même secteur encore. Beaucoup de délicatesse et de subtilité : végétal frais (tige) et fleurs blanches qui laissent une sensation fraîche et persistante en fond de bouche.

↳ Hehuanshan : thé très rare provenant d'une zone sauvage, aux pics culminants à plus de 3400m (entre Nantou et Hualien). Végétal et lacté, de l'onctuosité mais surtout une note gourmande et fraîche de pêche de vigne qui se révèle nettement lorsque le thé a refroidi.



Oolong roulés en perles, oxydation intermédiaire :

Découvrons d'autres notes aromatiques mais aussi mon coup de cœur, ma préférence lors de cette dégustation :

↳ Gui Fei (« concubine impériale »), du printemps 2018 de Nantou (Lugu – 1000-1200m), issu du cultivar Qin Xin.

Un mélange surprenant de Dong Ding et de Bai Hao ! Ce thé est issu de la transformation de feuilles piquées par le paoli mais oxydées à 40% environ et roulées en perles très serrées. La dégustation est intensément fruitée (fruits cuits : pomme, coing, prune, pics de pêche et de raisin muscat), accompagnée de notes miellées, légèrement cannelle. La saveur sucrée domine, la texture est agréablement soyeuse. Une des plus belles dégustations de oolong du genre qui soit!

↳ Chen Nien Laou Cha (10 ans d'âge) : Nantou.

Superbe oolong de type « antique », c'est-à-dire torréfié à plusieurs reprises au cours de ses 10 années de maturation, sur un feu traditionnel de charbon. Les perles très serrées offrent une liqueur riche, opulente et onctueuse : lactée, fruitée, caramélisée et un aspect dominant de torréfaction (grain de café) presque fumée. Sa tenue en bouche est impressionnante.

Oolong torsadé, très oxydé :

L'unique, l'exceptionnel Bai Hao / Oriental Beauty ! Récolté à Hsinchu (1000m), dans les montagnes au nord du comté, à partir du cultivar Qin Xin Dapang. Piqué par le paoli et récolté entre avril et juin 2017.

J'ai plusieurs fois dégusté du Bai Hao mais celui-ci est atypique ! On retrouve les notes de bois sec et ciré, de raisin muscat, de pomme, de muscade et d'orchidée typiques, mais la dégustation s’enrichit (et déroute aussi un peu) d'un aspect camphré apportant beaucoup de fraîcheur (certainement due aussi à la pointe d'astringence). Des pics de grain de café et un aspect terreux complètent une palette opulente et complexe !

Thé noir :

Terminons enfin par Hong Yu (« ruby ») : récolté à l'été 2017 à Nantou (Yuchi) à partir de théiers endémiques de type assamica. Ce thé noir aux arômes typiques de ceux que Taïwan offre (trop rarement!) : un bouquet très malté et épicé, camphré et très floral (lys, géranium). Des notes entêtantes, très intenses et d'une longueur en bouche impressionnante. Superbe, même les grandes feuilles torsadées sont un régal pour les yeux!



  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - White Circle
N° SIRET: 884 250 275 00010

© 2019 par Tsuru Tea Sommelier. Créé avec Wix.com