L'Afrique, horizon méconnu du thé (2/2)

Pour ce second volet du diptyque, je vous invite à un road trip africain à travers certains grands pays producteurs de thé!

Le Kenya

1er producteur africain, et 3ème au rang mondial avec 8% de la production de thé, il produit majoritairement du CTC, dont le jardin Marynin propose une qualité réputée. Mais les plantations les plus intéressantes, produisant des thés orthodoxes qualitatifs, se trouvent sur les hauts plateaux ou à flanc de montagne à l'ouest du pays.

Les premiers plants de théiers importés par les Britanniques et plantés dès 1903 ont été cantonnés, en tout premier lieu, à un rôle ornemental. C'est à l'écossais McDonell que l'on doit d'avoir planté en 1918 les premiers théiers d'Assam, à la Kiambethu Tea Farm (photos). La plantation est toujours en activité et est un des plus gros exportateurs du pays. Cerné par des forêts indigènes peuplées de singes colobe guéréza, l'endroit propose, comme beaucoup, des tea tours, de l'hôtellerie, et la possibilité de découvrir du thé violet...

De plus en plus vendu en France, ce thé est issu de plants de théiers présentant une mutation génétique naturelle. En effet, les feuilles se teintent de pourpre sous l'action des anthocyanes, pigment que l'on trouve également dans les myrtilles ou la vitelotte. Il ne s'agit pas d'une nouvelle façon de manufacturer du thé, mais d'une variante de couleur en tasse, l'eau devenant légèrement violette. Rien de plus extraordinaire! Si l'intérêt gustatif est limité, certaines vertus thérapeutiques sont notables (antioxydantes).


Le Malawi

Second producteur africain, ce joli petit pays doit ses premiers plans de théiers (1891) à un Ecossais (décidément!) de retour du Sri Lanka. Il se démarque actuellement par une production hautement qualitative de thés orthodoxes.

Découvrons le jardin Satemwa (Tea and Coffee Estate): une ancienne plantation de tabac transformée en 1923 par Maclean Kay et passée maîtresse dans l'art des grands crus de thés.

Installée au cœur des Shire Highlands, la plantation produit depuis 2005 des thés qualitatifs et est engagée dans une démarche biologique depuis 2010. C'est la troisième génération qui est aux manettes, grâce à l'expertise d'Alexander Kay. On y produit, comme en Chine, des thés en feuilles entières de toutes les couleurs: blanc, vert, bleu-vert, noir, sombre, et même fumé aux feuilles de goyaviers (délicieux!). Depuis 2009, Satemwa propose des thés labellisés Rainforest Alliance (biodiversité, durabilité) et certifiés Fairtrade (commerce équitable): à découvrir absolument! Voici un lien pour un survol en musique de la plantation: https://www.youtube.com/watch?v=Ek8ksLHmp3Y


Le Rwanda

Le pays produit, comme au Burundi, des thés d'altitudes remarquables.

La théiculture y a été introduite après 1945 mais le génocide de 1994 a nettement ralenti son essor (6 manufactures sur 10 ont fermé). Puis la vie et la culture du thé ont repris leur cours... dès 2000, le thé est la première source de revenus à l'exportation. L'offre est variée (thé noir, vert, blanc) mais surtout qualitative.

La Sorwathe Tea Factory fait figure de pionnière car c'est à elle que l'on doit l'introduction de la méthode orthodoxe au Rwanda d'une part, et les certifications équitables et bio d'autre part.


Le Cameroun

Précurseur du thé en Afrique dès la fin de la Première Guerre mondiale, grâce aux Britanniques, le pays ne produit quasiment que du CTC prisé des marchés internationaux (un favori de la couronne anglaise notamment). Les sachets de la Tole Tea Estate (1928) sont exportés en quasi-totalité au Tchad et au Soudan.

Il est cependant possible de trouver des thés orthodoxes de belle facture dans des jardins d'altitude (jusqu'à 2000m), citons notamment Djuttitsa et N'Du.

Le Cameroun fait parti des 12 pays participant à la Journée internationale du thé depuis 2005 et nombre d'activités sont alors proposées à Douala, sa capitale économique.


L'Ouganda

Les premiers théiers furent plantés en 1909 au jardin botanique d'Entebbe, créé par les Britanniques (1898). L'industrie du thé ne pris sont essor qu'à partir des années 1920 mais elle est aujourd'hui la seconde exportation agricole après le café.

La Tanzanie

Introduite en 1902 par les Allemands, il faut attendre après 1945 pour que les Anglais développent de façon remarquable la théiculture. Cultivé jusqu'à 2200m d'altitude, le thé vise à être élaboré de façon orthodoxe et qualitative depuis 2015. On note déjà des productions labellisées bio.


C'est ici que prend fin notre voyage! J'espère que ce tour d'horizon aura pu piquer au vif votre curiosité. Je cite pour terminer l'excellent ouvrage, que je recommande chaudement, de Lydia Gautier "Portraits de thés" (2018): une précieuse mine d'informations pour cette synthèse!

Bonne semaine et bons thés!





  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - White Circle
N° SIRET: 884 250 275 00010

© 2019 par Tsuru Tea Sommelier. Créé avec Wix.com